Réseau Art Nature

Accueil

Ardèche

Arts Plastiques

Réseau Art Nature

Jaujac

 

Archives

Installations

Contacts

Facebook

Sur mon chemin un artiste passe...

 

Depuis 2001, le Conseil général de l'Ardèche s'est engagé dans une politique de développement des arts plastiques qui s'attache à accompagner les acteurs culturels du territoire dans leurs projets et qui repose sur une diffusion artistique et une sensibilisation des publics aux expressions artistiques de notre époque, tout en prenant acte de leurs variétés et de leurs questionnements.

La création d'un réseau Art et Nature en Ardèche illustre tout à la fois le désir de conforter les dynamiques culturelles en place et de les fédérer pour en renforcer leur visibilité et leur pertinence. Il offre la possibilité de réinvestir le patrimoine et de lui rattacher de nouvelles émotions par le regard sensible des artistes qui nous sont contemporains. Si les patrimoines naturels et culturels sont des témoignages du passé, notre manière d'appréhender cet héritage, notre capacité à vivre avec lui et l'intérêt qu'on lui porte pour construire l'avenir sont autant de questions qui nous sont posées.

Le Domaine Olivier de Serres de Mirabel, Sur le sentier des lauzes de Saint-Mélany et le Sentier d'art éphémère de Jaujac Sur mon chemin un artiste passe... constituent aujourd'hui les pôles d'un maillage culturel susceptible de s'étendre à d'autres expériences. Il est fort probable que cette volonté commune contribuera à l'émergence d'actions novatrices et à l'émergence d'un projet culturel collectif à l'échelle du territoire départemental.

Pascal TERRASSE,

Député,

Président du Conseil général de l'Ardèche

 

 

« Dans le cadre de sa politique en faveur des arts plastiques, le Conseil général de l’Ardèche a souhaité accompagner une mise en réseau thématique et la réunion de trois acteurs culturels :

le Domaine Oliviers de Serres à Mirabel, le Sentier des Lauzes à Saint-Mélany, le Sentier Art et Nature « Sur mon chemin un artiste passe… » à Jaujac.

Chacun de ces sites propose de découvrir en pleine nature des œuvres contemporaines ayant trait au paysage et à ses caractéristiques naturelles et culturelles. Invités dans le cadre de résidences de création, les artistes sollicités ont créés des œuvres en fonction des lieux et leur histoire. Cette « exposition à ciel ouvert » présente près d’une vingtaine d’œuvres, éphémères ou pérennes.

Ce réseau offre au public une visibilité accrue de ces structures de diffusion concernées par la liaison entre art et nature. Il favorisera des rencontres et une réflexion entre les acteurs culturels concernés, les artistes et le public et sera propice aux échanges et aux coproductions.

 

Cette volonté de concourir au développement culturel du territoire par l’accueil des artistes en résidence, la diffusion de la création contemporaine et une sensibilisation des publics s’accompagne du souhait de valoriser les patrimoines naturels du département.

Présentation publique du réseau du 29 juin 2006 à Joyeuse.

Cette rencontre sera l’occasion, pour l’ensemble des initiateurs de ce réseau, de faire connaître au public et aux autres acteurs du département, leurs actions, leurs motivations et les perspectives de développement envisagées.

Le film documentaire sur les « Refuges d’art », créés par Andy Goldsworthy à la réserve naturelle de Digne-les-Bains, permettra de présenter un exemple de résidence d’artiste et une réalisation en lien avec le paysage.

Jean-Denis Frater, assistant de direction du Musée Gassendi de Digne-les-Bains, explicitera cette approche artistique.

Ces témoignages permettront d’exposer les enjeux du réseau Art et Nature sous la forme d’une table ronde avec notamment, les responsables des trois pôles du réseau Art et Nature :

Martin Chenot du Sentier des Lauzes de Saint-Mélany, Alain Juton du Domaine Olivier de Serres de Mirabel, Christian Pourchaire du Sentier d’art éphémère de Jaujac. » Juin 2006

 

 

Espace culturel du domaine Olivier de Serres / EPLEA d’Aubenas – Mirabel

Le Pradel – 07170 MIRABEL

Tel : 04 75 36 76 56 – Fax : 04 75 36 76 85

alain.juton@educagri.fr

http://epl.aubenas.educagri.fr/ (rubrique espace culturel)

http://epl.aubenas.educagri.fr/espace_culturel/culture_presentation.php

Responsable de l’Espace culturel : Alain JUTON

 

 

Sur le Sentier des Lauzes – Vallée de la Drobie

c/o Philippe Liégeois – Auberge du travers – 07260 SAINT-MELANY

Tel : 04 75 36 96 46

sentierdeslauzes@wanadoo.fr

www.surlesentierdeslauzes.fr

Président de l’association : Martin CHENOT

 

Mairie de Jaujac – Place du champ de Mars – 07380 JAUJAC

“Sur mon chemin un artiste passe… ” – Jaujac

artephemere@wanadoo.fr

http://pagesperso-orange.fr/artephemere

Responsable de la manifestation : Christian POURCHAIRE

 

 

 

 

Le réseau art et nature regroupe trois acteurs culturels ardéchois qui expérimentent autour des questions que soulève l’intervention d’artistes dans le paysage, dans le cadre de résidences de création :

 

- « Sur mon chemin un artiste passe » - Jaujac,

- le Domaine Culturel Olivier de Serres – Le Pradel,

- et l’association « Sur le sentier des lauzes » - Vallée de la Drobie

 

Tous les trois ont décidé de faire de leurs synergies la base d’un projet de territoire à l’échelle de l’Ardèche Méridionale qui réponde à un double enjeu :

-         consolider l’existant en étant, ensemble, plus visibles et plus ambitieux sur le territoire

-         construire un projet commun qui participe au développement de l’Ardèche Méridionale, en assurant la promotion de la création contemporaine en relation avec notre environnement.

 

UNE DEMARCHE COLLECTIVE

 

Le 29 juin dernier pour le lancement du réseau art et nature, nous vous parlions de notre envie de travailler ensemble, d’articuler entre elles nos démarches en faisant de nos diversités un atout et d’inventer de nouvelles initiatives basées sur la rencontre de l’art contemporain et du patrimoine en Ardèche Méridionale.

 

Depuis cette première rencontre, notre projet commun s’étoffe. Nous nourrissons une même ambition : rendre accessible notre démarche en développant des actions de médiation, de communication et de professionnalisation.

 

Accompagnés par le Conseil Général de l’Ardèche et le pays de l’Ardèche Méridionale, nous amorçons nos premiers « chantiers » communs :

 

-         afficher une image claire et lisible du réseau art et nature

Pour la recherche d’une charte graphique et signalétique commune, nous faisons appel à un artiste. Cette première invitation à l’échelle du réseau participe à l’identification des liens qui nous relient.

 

-         Imaginer des dispositifs de médiation notamment, en direction des scolaires

En nous appuyant sur les ressources et les expériences de chacun d’entre nous, nous travaillons à la structuration d’une offre pédagogique art et nature que les écoles d’Ardèche pourront s’approprier en classe ou sur site. Notre objectif est que pour la rentrée 2007/2008, une valise pédagogique, accompagnée de propositions d’ateliers et d’animations soit disponible.

 

Partir à la rencontre d’acteurs « art contemporain / patrimoine » d’autres territoires

Se confronter à d’autres dynamiques stimule notre capacité d’innovation. C’est pourquoi, nous souhaitons continuer à organiser des voyages d’étude, à raison d’un voyage par an.

 

-         Associer la population d’Ardèche Méridionale à notre dynamique lors d’évènements publics qui mêleront réflexions et festivités, autour de la création contemporaine mise en relation avec le patrimoine.

 

Aujourd’hui, le réseau art et nature n’a pas d’existence juridique ; notre informalité ne facilite pas notre lisibilité et notre autonomie d’actions. nous sommes donc à la recherche d’une « forme juridique » adaptée à notre diversité et à la concrétisation notre projet commun.


 

réseau ART et NATURE en Ardèche méridionale

logoartnature.gif

 

 

 

 

Un réseau art et nature en Ardèche méridionale

Le réseau thématique '' art et nature '' réunit sous un même label trois acteurs en arts plastiques du département qui proposent de découvrir en pleine nature des Ouvres contemporaines ayant trait avec le paysage et ses caractéristiques naturelles et culturelles. Invités dans le cadre de résidences de création, les artistes sollicités ont créés des Oeuvres en fonction des lieux et de leur histoire. Cette exposition à ciel ouvert présente en différents lieux près d'une vingtaine d'oeuvres, éphémères ou pérennes.

Né de la volonté des acteurs arts plastiques du territoire et du Département de l'Ardèche, est créé un réseau artistique sur la thématique Art/Nature. Offrant au public une visibilité accrue de ces structures de diffusion concernées par cette liaison entre art et nature, ce réseau souhaite également susciter des rencontres et une réflexion entre les acteurs de la diffusion de la création contemporaine, les artistes et le public, être propice aux échanges et aux co-productions. Cette volonté de concourir au développement culturel du territoire par l'accueil des artistes en résidence, la diffusion de la création contemporaine et une sensibilisation des publics s'accompagnent du souhait de valoriser les patrimoines liés au paysage. Aujourd'hui le réseau est organisé autour de trois pôles qui centrent leurs activités sur cette thématique : Sur le sentier des lauzes à Saint-Mélany, Le Domaine Olivier de Serres à Mirabel et le sentier artistique Sur mon chemin un artiste passe... à Jaujac. Ce réseau ne se veut pas clos mais est amené à évoluer. Cette approche thématique est également celle du Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche, notamment pour les problématiques liées à l'évolution de ses paysages. Elle est soutenue par les différents financiers des structures, les communes, le Département, le Pays de l'Ardèche Méridionale, la Région, l'Etat et l'Europe.

Le mouvement qui émerge en Ardèche désigne certaines mutations actuelles du territoire et révèle des enjeux à la fois de représentation et d'usage de cet espace aujourd'hui. La volonté promouvoir une diffusion de l'art contemporain sur une articulation avec la nature et le paysage semble naître d'un besoin de renouvellement des regards.
Si le paysage est un concept créé par les artistes au XVe siècle, qui désormais s'échappe du cadre du tableau et d'une certaine forme de la représentation, notamment, avec les artistes du Land Art, la manière de représenter, de considérer la nature, est toujours révélatrice de l'organisation culturelle en cours aux différentes époques. Elle témoigne à tout coup de l'ordre du monde que l'homme impose, volontairement ou non, à son environnement et à lui-même. C'est pourquoi l'intérêt que les artistes et chacun de nous portent à la nature est toujours en corrélation avec d'autres questionnements.

Si l'on considère aujourd'hui la nature et les paysages comme des patrimoines à sauvegarder, cette prise de conscience est largement due à l'accélération des transformations des territoires et aux interrogations concernant les bouleversements climatiques, la biodiversité et la maîtrise scientifique des mécanismes du vivant. Paradoxalement, l'exode rural avait préservé l'apparence globale des paysages en créant les conditions d'une lente transformation, d'un enfrichement naturel qu'il semblait toujours possible de renverser par une remise en culture, alors que l'urbanisation du rural et la rurbanisation (le processus de retour des citadins dans les espaces qualifiés de ruraux), marque profondément, et d'une manière plus flagrante, le territoire par une répartition nouvelle de l'habitat, un morcellement des terrains, l'ouverture de nouveaux axes de communication, l'installation d'équipements de plus en plus présents...
Ces évolutions physiques du territoire indiquent bien sûr un changement sociétal qui s'accompagne d'une évolution de la ruralité. Par la modernisation de l'agriculture, l'amélioration des conditions de vie et des moyens de communication. la rivalité vécue aujourd'hui ne correspond plus aux conceptions encore présentes dans l'imaginaire collectif qui ne semblent pas évoluer au même rythme. Si au quotidien les spécificités culturelles semblent s'estomper, une différenciation s'établit de manière plus claire en ce qui concerne la nature des patrimoines de ces territoires.

Le développement d'une approche sur la relation art et nature prenant acte de ces problématiques reste pertinente dans la mesure où elle cherche, d'une part, à sortir des caractéristiques du Land art qui, par leur large acceptation public, sont devenus les poncifs de l'intervention en extérieur et, d'autre part, à faire en sorte que l'on passe d'une instrumentalisation des Oeuvres à des fins illustratives (simple mise en valeur des sites) à l'accompagnement de l'acte artistique dans sa capacité à bousculer nos conceptions sur la nature et l'environnement dans ses dimensions esthétiques, certes, mais aussi, et de manière salutaire, sur ses dimensions culturelles, sociales, économiques et éthiques.

N'est-ce pas un des rôles exacts de l'art contemporain que d'éveiller au vrai, et, concernant le paysage, à la juste appréhension de l'espace ? N'est- ce pas précisément le rôle de l'art de travailler à révéler le sens visuel du lieu et de l'espace, toutes contingences transpercées ?

photo11.jpgLes structures du réseau Art et Nature en Ardèche méridionale reçoivent le soutien des communes, du Département, du Pays de l'Ardèche Méridionale, du Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche, de la région, de l'état et de l'Europe.

 

 

Sur mon chemin un artiste passe...

Jaujac

 

La manifestation Sur mon chemin un artiste passe... est organisée par la mairie de Jaujac, village d'un millier d'habitants, situé dans les Cévennes ardéchoises. Elle permet chaque année à plusieurs artistes invités, cinq à six selon les années, d'intervenir sur le site environnant le volcan et les communes avoisinantes. Le sentier art et nature, redessiné chaque année, est né de la volonté municipale d'offrir la possibilité aux jeunes et moins   jeunes de s'initier à l'art contemporain.

 

Evelyne Boinot • Carlotta Brunetti • Bob Budd • Françoise Coutant • Martine Diersé • J.-R. Foraison et Serge Hocdet • François Fréchet • Neva et Jacky Gotthilf • Marie Goussé • Cornelia Konrads • Mark Kramer • Violaine Laveaux • Made • Anne Mangeot • Bernard Martin • Yves Méjean • Bruno Nury • Bonggi Park • Pascale Planche • Eduardo Poncé • Régine Raphoz • Roger Rigorth • Brigitte Sillard • Joël Thépault • Nathalie Visini • Jean-Marc Voillot • A. Wendling • Aussage Dominique • Lafon Martine • Lelong François  • Yorga • Jarek Lustych • Myriam Du Manoir  • Thierry et Valérie Teneul • Maria Tupay Duque • Femke van Dam

 

Dans un contexte où les interventions réalisées au XXe sont plutôt décriées, il s'agissait à l'origine avec Sur mon chemin un artiste passe... d'offrir un outil de réflexion sur la nature des paysages de la vallée du Lignon au moment où la municipalité de Jaujac avait à affirmer des choix et des orientations importants pour l'avenir (élaboration du Plan Local d'Urbanisme, installation du Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche...).

 

Cette volonté d'affirmer la précarité du paysage passe alors par le choix d'organiser un festival d'art éphémère, une façon de rappeler que le paysage est une construction provisoire élaborée au fil du temps et est le fruit des sédimentations du travail des habitants et usagers d'un territoire. Ainsi le principe du sentier art et nature a été retenu. Créé pour la première édition en 2002 et reconduit chaque année, il offre la possibilité de s'initier à l'art contemporain et de faire prendre conscience de l'existence d'un patrimoine le plus souvent négligé.

 

Si aucune thématique n'est imposée aux artistes invités dont les oeuvres sont visibles du printemps à l'automne, il leur est toutefois demandé de prendre en compte des spécificités des lieux, notamment son histoire, sa topographie, sa géologie, son bâti... En outre, chaque invitation fait l'objet d'interventions auprès des scolaires dans l'école de la commune. En retour ce projet, basé sur l'échange, fait appel à l'implication des habitants : aide aux artistes durant la durée des résidences, prêt d'engins ou de matériel, logement...

 

Ainsi, depuis 2002, ce sont 27 oeuvres qui ont été créées à Jaujac ou dans les communes avoisinantes partenaires dont une large part ont été installées, suivant en cela le choix des artistes, sur le domaine de Rochemure, désormais site retenu pour devenir le siège du Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche.

 

Bien que le sentier soit libre d'accès, on peut néanmoins profiter, durant les mois de juillet et d'août, des promenades commentées qui sont proposées une fois par semaine. Les parcours, réalisés en concertation avec les artistes, sont organisés en partenariat par l'association Atout Cœur. Ces promenades visent à faire découvrir tant les oeuvres qu'à regarder autrement les paysages traversés. Ils offrent aussi à chacun l'occasion d'approfondir leurs connaissances -notamment historiques- des lieux parcourus.

 

Au fil des ans, plusieurs thématiques se dégagent. Ainsi la première année, les oeuvres proposées ont permis de mettre notamment l'accent sur les notions de regard, de point de vue, que ce soient les balises (1) réalisées par Yves Méjean (véritables dispositifs de vision) ou le parcours zigzagant (2) proposé par A. Mangeot en passant par la Ligne Rouge (3) de Martine Diersé. Pour cette Oeuvre, cette dernière a réalisé une ligne de 250 mètres orientée du bassin de Rochemure vers les pieds du volcan et constituée de bois brut peint d'un rouge vermillon sur lequel était inscrit un poème de Christian Bontzolakis. Du bassin, le paysage s'inversait dans le miroitement de l'eau.

En 2003, les notions de mémoire et de temps ont parcouru nombre d'oeuvres. Parmi les six artistes invités, on peut signaler par exemple l'oeuvre de François Fréchet intitulée Oursin doux (4). Constituée d'une structure évoquant autant l'igloo par sa forme que la serre par sa fonction, François Fréchet questionne à travers l'idée de germination le temps de l'oeuvre comme les temps à venir, où tout un chacun est impliqué dans le principe de biodiversité.
Réinvestir des usages et des lieux mais aussi accorder une attention particulière à la rêverie et à l'écoute, tels peuvent être quelques uns des fils directeurs de l'édition de 2004, dont une des oeuvres, phénomène un peu à part dans le projet, est encore visible, soumise au travail lent de l'érosion : Spirale de pouzzolane (5) de Brigitte Sillard.

 

L'intervention que Bob Budd (6) a réalisée en 2005, The Secret Gardener a permis de mettre en avant les ambiguïtés de la notion de patrimoine et de la pratique de la restauration. En investissant les espaces de la grange sans toit du château de Rochemure avec brouettes, pelles et autres arrosoirs, l'artiste britannique propose une Ouvre poétique et ironique. Pour sa part, Bruno Nury (7) a privilégié une écoute plus tellurique, proche des puissances sommeillant dans les volcans. Son oeuvre, La nef des volcans, installée au cœur du cratère, en sollicitait les énergies. Constituée de poutres de châtaigniers hérissées vers le ciel, elle offrait un espace entre deux, entre Ciel et Terre.

 

Les artistes invités pour l'édition 2006 ont été retenus pour l'attention que leurs projets accordent à notre lien à la nature au travers de nos productions. Des sculptures en bois de Joël Thépault à l'oeuvre de Pascale Planche Fleur de Volcan qui, dans ses matériaux mêmes, mêle végétal (noisetier), minéral (sulfate de cuivre) et synthétique (nylon), les réalisations utilisent autant des matériaux issus de la nature ou traditionnels que des matériaux plus contemporains. Ainsi les coquelicots synthétiques de Mark Kramer ou les ailes réalisées à partir de film alimentaire, d'acier, d'aluminium pour Air Libre de A. Wendling, sculpture suspendue sous un des ponts du village de Jaujac, nous rappellent les paradoxes que peuvent receler les rapports entre nature et culture. Paradoxes que souligne à sa manière la réalisation à la fois ludique, poétique et pratique de Neva et Jacky Gotthilf qui nous proposent d'emporter en promenade Jaujac, A travel survival kit, un ensemble composé d'une pouzzolane, d'un gobelet, d'une carte et d'un écheveau de soie.

 

 

Sur le sentier des lauzes
Saint-Mélany

Créée le 12 novembre 2000 à l'initiative d'un groupe d'habitants, l'association Sur le sentier des lauzes est née du désir de réfléchir à l'avenir de la vallée de la Drobie, vallée d'Ardèche méridionale marquée par l'exode rural, la déprise agricole mais aussi par la pression diffuse du tourisme et de l'habitat résidentiel. Il s'agit de réfléchir et de proposer à travers les actions mises en oeuvre, des solutions originales et adaptées tenant compte des spécificités du lieu.

S'appuyant sur la notion de paysage, dans ses composantes naturelles et humaines, l'association a choisi d'emblée le regard des artistes comme moyen privilégié pour engager cette réflexion et amorcer les mutations de la vallée.

Le projet de sentier initié en 2001, permet d'ancrer concrètement l'action de l'association dans le territoire. Devenu au fil des ans un véritable parcours d'art et de nature, cette première action visait à favoriser l'émergence d'une ''vallée culturelle''. Ce parcours est complémentaire du programme d'événements réguliers (musicaux, théâtraux...) et des résidences d'artistes (plasticiens, musiciens...) initiés la même année. Il s'agit autant de penser le paysage que de s'attacher à penser l'évolution du cadre de vie et d'améliorer le potentiel économique du site.

Au regard des évolutions nouvelles suscitées par ce projet, les communes de la vallée se sont lancées dans l'élaboration d'un projet de développement durable axé sur le paysage. Le Parc naturel régional des Monts d'Ardèche, qui accompagne depuis l'origine l'association, porte ce projet de développement durable à l'échelle de la vallée.

Domingo Cisneros • Gilles Clément • Christian Lapie • Erik Samakh

 

 

Dans une vallée remarquable de l'Ardèche méridionale, la vallée de la Drobie, des habitants permanents ou secondaires ont décidé de réfléchir ensemble à leur avenir. Conscients de l'extraordinaire capital que représente leur paysage comme de la difficulté de trouver une voie de développement adaptée dans un secteur fragilisé par l'exode rural, ils inventent un projet collectif en dialoguant avec des artistes qu'ils invitent.

De là est née en 2001 l'association Sur le sentier des lauzes, accompagnée dès son origine par le Parc naturel régional des Monts d'Ardèche, la vallée de la Drobie étant l'un des ensembles passagers remarquables de son territoire.

Depuis, des artistes invités sont venus à la rencontre des habitants et du paysage. De ces rencontres, sont nés des instants magiques, des idées durables, des amitiés profondes, des sculptures pérennes, des perspectives inattendues, un nouvel esprit... Ce que l'association appelle ''la Vallée Culturelle'' est en émergence, et cela influence lentement le devenir de cette vallée, la mettant en contact avec d'autres parties du monde, avec d'autres sources d'inspiration... Suite logique et preuve de cette évolution, les communes de la vallée se sont lancées dans l'élaboration d'un projet de développement durable axé sur le paysage. Et déjà, d'autres associations, d'autres artistes prennent contact, intrigués, constituant, sur la base de ces premiers pas, un réseau en extension...

Pour mettre en Oeuvre son projet, l'association privilégie trois axes de travail.

Le premier axe consiste à organiser au cours de l'année plusieurs événements culturels forts. Sensibiliser chacun à son environnement et aux enjeux de ses transformations, fédérer les énergies pour construire un projet commun ont présidé à l'élaboration de ces manifestations. Ces rencontres doivent amener un autre regard et amorcer une prise de conscience. Les musiciens invités s'installent pour quelques jours dans la vallée et proposent rencontres et concerts en plein air. Depuis 2001 on a pu y rencontrer Benabar et les Yeux Noirs, Sanseverino, la crevette d'acier, Polo et Néry, le Chango Spasiuk. En 2006, Danyel Waro et Michel Jeanneret seront en résidence. Depuis 2001 aussi, Roger Lombardot, auteur et metteur en scène actuellement en résidence au théâtre de Vals les Bains, conçoit et réalise une ''balade musicale et poétiques".

Deuxième mode d'action, la réalisation progressive d'un ''parcours d'art en paysage'' en invitant en résidence des artistes qui mettent le paysage au cœur de leur travail. Mises en place dès 2001, ces résidences impliquent l'artiste dans la vie du territoire et de ses habitants. Ancrant l'action sur un temps plus long, elles permettent aussi aux usagers de la vallée de se familiariser avec le travail de création. Les plasticiens invités ont pu ainsi réaliser des oeuvres durables ou éphémères. Ainsi Parole de Lauzes, créé en 2001 par l'artiste Domingo Cisneros et Le silence des lauzes de Christian Lapie, invité en 2002, constituent désormais les étapes du Parcours d'art en paysage qui traverse la vallée, enrichi en 2004 par l'oeuvre éphémère d'Erik Samakh, Les flûtes des arbres rois, intervention sonore présentée du printemps à l'automne.

Depuis 2005, cette politique de résidence se développe dans le cadre d'un programme innovant de recherche intitulé ''Regards croisés sur les paysages'' à l'initiative de trois Parcs naturels régionaux rhônalpins (Monts d'Ardèche, Pilat et Vercors), avec le soutien de l'Europe dans le cadre du programme Leader+. L'association Art3 Valence, lieu de production, de diffusion et d'aide à la création, assure la coordination artistique du projet et contribue à la réflexion sur le choix des artistes. Pour le sentier des lauzes, ces regards sur le paysage s'organisent à partir des trois grandes composantes du paysage de la vallée :

·        La montagne qui s'enfriche de plus en plus, évoluant vers Un paysage "sauvage'' ;

·        Les hameaux, archipels habités, où les habitants occasionnels ont tendance à prendre le pas sur les habitants permanents ;

·        Le chemin, qui permet de marcher de hameau en hameau, de se rencontrer, de relier.

Au printemps 2006, Gilles Clément, praticien et théoricien du paysage, a été invité autour de la thématique ''Paysage sauvage, une réflexion sur le paysage et l'enfrichement'', à en envisager tant l'impact culturel que physique. Ivo Provoost et Simona Denicolaï vont venir travailler la question de 1' "Habitat temporaire et Paysage" dès l'été.

Sinuant de ponts en vallons, relié au sentier de Grande Randonnée GR 4, le Sentier des lauzes devient ainsi un équipement culturel de pleine nature, prémices d'une vallée culturelle souhaitée par les initiateurs du projet. Il conjugue une ouverture à l'art contemporain, la dimension patrimoniale et la découverte de la faune et de la flore locales.

Troisième moyen de sensibilisation, les aménagements pérennes permettent d'inscrire les interventions dans la durée. Liés à une activité de résidence, certains aménagements permettent d'appliquer, in vivo, les réflexions autour des notions de patrimoine, de développement local et d'évolution du cadre de vie. Ce désir d'étendre la réflexion jusqu'à l'environnement doit permettre l'émergence d'un nouveau regard, affiné et plus critique, afin de contrer les facilités et la pauvreté du style néo-provençal qui tend à s'imposer, réponse préconçue et uniformisante, donc inadaptée.
L'outil expérimental qu'est l'atelier-refuge incarne ces volontés conjuguées de se projeter dans l'avenir et de prendre date. Fruit de la collaboration de la paysagiste Coralie Scribe et de l'architecte Luc Boulant, cette nouvelle structure, hébergement et outil de travail pour les artistes, s'enrichit de la création d'un jardin contemporain en terrasses. En réinvestissant une grangette en ruine, cette infrastructure est une réponse concrète et conceptuelle pour les nouveaux usages possibles du patrimoine bâti, entre restauration, maintien d'une mémoire des lieux et de ses activités passées et projet tourné vers l'avenir. Elle inaugure la volonté d'enrichir la vallée d'équipements parentes. Le Théâtre des lauzes, structure permanente dédiée au spectacle vivant dont le projet est actuellement à l'étude, sera la prochaine étape.

 

L'artiste mexicain installé au Canada Domingo Cisneros a créé en 2001 Parole de Lauzes. Cette Oeuvre est constituée de lauzes* de récupération auxquelles il a donné une dimension cosmique et mythique : vingt figures de pierres sculptées et scellées dans un mur de pierres sèches restauré, et une série de stèles surplombant la montagne, incrustées à même le rocher.

* Lauzes : plaques de schiste utilisées pour couvrir les maisons.

 

photo141.jpg

 

Christian Lapie, invité en 2002, s'est intéressé au bois et la résistance à l'enfrichement. Il offre au visiteur Le silence des lauzes, ensemble de huit silhouettes taillées dans un seul hêtre. Une partie fait face à un petit pont de pierre dans un vallon sur la commune de Saint- Mélany, et deux hautes silhouettes, installées sur les crêtes de la commune de Dompnac, dialoguent avec les premières, les deux parties constituant une seule et même sculpture.

 photo142.jpg

 Domingo Cisneros

 photo161.jpg

 Christian Lapie

 photo162.jpg

 L'atelier-refuge, photo-montage

 photo163.jpg

 

Le Domaine Olivier de Serres
Mirabel

Le Domaine Olivier de Serres est installé à Mirabel sur le domaine du Pradel, anciennes terres du célèbre agronome du XVIe siècle. S'étendant sur une cinquantaine d'hectares, l'établissement, lié au lycée agricole d'Aubenas, accueille de nombreuses structures administratives ou associatives liées à l'écologie, l'environnement et l'agriculture.

L'espace Culturel, créé à la fin des années 1990 y mène des activités multiples, selon deux axes.

Le premier, autour de la figure d'Olivier de Serres qu'il a pour mission de faire mieux connaître, passe par la confrontation de sa pensée aux évolutions des enjeux et des pratiques agronomiques actuels. Il offre également la possibilité de découvrir les spécificités du terroir ardéchois.

Le second est de contribuer au développement de l'animation culturelle ainsi qu'à l'aide à la création et à la diffusion artistique en milieu rural. Une part importante est ainsi accordée à l'art contemporain. En effet, depuis 2000, l'Espace Culturel invite régulièrement des artistes à réaliser des ouvres conçues spécifiquement pour le site. Après avoir donné lieu à des interventions éphémères, les invitations ont répondu à la volonté de réaliser des oeuvres parentes. Ainsi depuis 2001, s'est peu à peu construit un parcours d'oeuvres sur le domaine, permettant d'un même geste d'initier le public tant aux questions d'environnement et à la découverte du terrain qu'à l'art contemporain.

Marc Babarit • Marinette Cueco • Dominique Bailly • Christophe Gonnet • AMangeot • Benoît Tremsal • Gabrielle Wambaugh

 

Les activités sur le domaine du Pradel sont multiples et variées (spectacles, expositions, levures de contes...), rythmées par le Salon du livre en espace rural et les Journées Olivier de Serres, manifestations biennales organisées en alternance. Le Salon du Livre en Espace Rural offre une approche de la littérature et de la rivalité sous divers aspects (romanesques, poétiques et scientifiques) en accueillant des écrivains et en proposant des tables rondes, des conférences, des lectures publiques, ainsi que des expositions, des spectacles... Les Journées Olivier de Serres traitent des enjeux d'agriculture avec Les Entretiens du Pradel et Les Agriculturelles qui mettront à l'honneur en 2006, après l'Italie, la Catalogne et le Québec, la culture et l'agriculture du land allemand du Bade-Wurtemberg, jumelé avec la région Rhône-Alpes (concerts, expositions, cinéma, conférences, débats, échanges entre acteurs agricoles et ruraux, marché des producteurs, etc...).

Sur un domaine initialement lié aux seules réalités agricoles (enseignement, recherche, histoire...), l'Espace Culturel présente la particularité de consacrer aussi une part de son activité à l'art contemporain. Il s'agit, selon un mode d'interrogation mutuelle, de confronter la création contemporaine aux enjeux agricoles et environnementaux.

Prenant notamment appui sur la transversalité de la notion de paysage, on peut en effet y découvrir des expositions temporaires comme des Ouvres durables que l'on peut découvrir in situ.

Parallèlement à sa politique d'expositions régulières amorcée en 1999 et qui a notamment permis de voir les Ouvres de Claude Parant, Joseph Grau-Garriga, Ferrante Ferranti ou bien encore Gérard Lattier, l'Espace Culturel accueille depuis 2000 des installations in situ. Et depuis 2001, ces invitations ont fait l'objet de commandes pour des Oeuvres parentes réalisées sur le Domaine, constituant une sorte de musée en plein air d'oeuvres liées au paysage et à la nature, en un parcours intitulé Sur le Sentier de l'Art.

Ayant pris de l'ampleur au fil des ans, l'objectif de ce parcours d'art et de nature est désormais de devenir aussi un outil pédagogique à part entière. Ouvert à tous et aux scolaires, il fournit un bel exemple pour l'initiation à un art contemporain intéressé à la notion de nature et préoccupé de questions de paysage.

 

L'intervention inaugurale de Gabrielle Wambaugh était constituée de deux Oeuvres éphémères : 12 pieds. 5 pouces et 1 chouia et La Mère des Fontaines va prendre froid. Dans cette dernière Oeuvre, l'artiste travaille la mémoire du lieu, réactivant poétiquement un élément d'irrigation utilisé par Olivier de Serres. Ces interventions seront suivies l'année suivante par les Oeuvres elles aussi éphémères de Marinette Cueco. L'une d'entre elles, Herbioles, fragment d'herbier, sollicitait un regard très proche de celui du botaniste. Recueillir, connaître, nommer mais aussi tordre, nouer, retrouver sinon des gestes au moins des attitudes ancestrales, telles sont les activités auxquelles nous invite cette Oeuvre constituée de matériaux végétaux glanés.

photo91.jpg
Gabrielle Wambaugh
LaMère des Fontaines va prendre froid

Les invitations qui leurs succèderont ont fait depuis à chaque fois l'objet d'au moins une commande durable et spécifique pour le site. Ainsi Marc Babarit a réalisé en 2001 dans la chênaie du domaine VSV.VETERA.NOVA, spirale construite à partir de pierres sèches et de branchages, rappelant la part de construction active qui permet à un paysage de se constituer. Et, ce faisant, avec ce qu'il nomme une ''machine à voir", il le relie expressément aux activités humaines. Il a accompagné son intervention d'un ensemble de photographies témoignant de son travail disséminé à travers le monde.

photo92.jpg
Marc Babarit
VSV.VETERA.NOVA

Invité en 2002, Dominique Bailly a pour sa part privilégié la mémoire du lieu et le Genius Loci. Dans l'esplanade située face à la demeure, en écho à l'ancien maître des lieux, Le bassin à l'arbre d'or détourne en partie le ruisseau qui y serpente sous les arbres tout en accentuant sa topographie. Dans cet espace quasi insulaire, le mûrier, planté à l'intérieur d'un muret évoquant un bassin, trône et nous rappelle en quoi la soie du ver du mûrier a été une richesse de la région.

photo93.jpg
Dominique Bailly
Le bassin à l'arbre d'or

L'intervention de Christophe Gonnet réalisée à l'automne 2003, met le visiteur-spectateur au cœur de l'oeuvre. Entre sculpture et dispositif, orientée face au domaine, l'oeuvre intitulée Verticalité/Horizontale propose un cheminement questionnant notre perception du paysage. Sur 21 mètres, en trois sections, le spectateur passe d'une tranchée à un promontoire, d'un espace clos à une vision aérienne. Imposant un déplacement rectiligne sollicitant autant le corps que le regard, l'un passant par l'autre, Verticalité/Horizontale met le spectateur entre terre et ciel.

photo111.jpg
Christophe Gonnet
Verticalité/Horizontale

L'imaginaire, le mystère des peurs enfantines et des contes habite Quercus, Oeuvre de A. Mangeot artiste invitée en 2004. Constituée de 250 éléments métalliques suspendus à 18 chênes (quercus en latin), tels des feuilles, cette Oeuvre est amenée à évoluer au cours du temps, soumise aux variations météorologiques, au rythme des saisons et à la pousse des arbres. Cette réalisation a été l'occasion d'exposer un choix de ses Oeuvres sur papier.

photo112.jpg
A. Mangeot
Quercus

Enfin, dernière Oeuvre réalisée sur le domaine, Interface de Benoît Tremsal, propose de relier symboliquement le domaine à l'extérieur, ici l'ancienne voie ferrée. Deux triangles délimités par des murs en pierre sèche reliés par leur sommet ouvrent une voie, un entre-deux à l'équilibre fragile.

photo113.jpg
Benoît Tremsal
Interface

 

 

SUR MON CHEMIN, UN ARTISTE PASSE…

Municipalité de JAUJAC

 

 

Renseignements :

http://pagesperso-orange.fr/artephemere

artephemere@wanadoo.fr

mairie : 04 75 93 22 28

syndicat d’initiative : 04 75 93 28 54

 

 

 


ESPACE CULTUREL DU DOMAINE OLIVIER DE SERRES

Etablissement public d’enseignement agricole, LE PRADEL

 

 

Toute l’année : Sentier Art / Nature du domaine Olivier de Serres libre d’accès.

 

Aujourd’hui, six œuvres pérennes sont exposées en extérieur, dans le parc d’exploitation du domaine :

 

§      VSV.VETERA.NOVA et le labyrinthe dans les mûriers de Marc BARBARIT

§      Le bassin à l’arbre d’or de Dominique BAILLY

§      Verticalité horizontale de Christophe GONNET

§      Quercus de A. MANGEOT

§      Interface de Benoît TREMSAL

 

Ces installations artistiques sont visibles librement toute l’année. Des visites de groupes sont organisées par des établissements scolaires partenaires et des organismes touristiques.

 

 

Renseignements :

Espace culturel du domaine Olivier de Serres

Le Pradel 07170 MIRABEL

04 75 36 76 56

julie.dupuy@educagri.fr

alain.juton@educagri.fr

jean-marc.giacopelli@educagri.fr

http://epl.aubenas.educagri.fr/

 


SUR LE SENTIER DES LAUZES

Association d’habitants de la vallée de la Drobie, SAINT-MELANY

 

Toute l’année : Sentier artistique de randonnée (15 Km, au départ de Saint-Mélany) libre d’accès.

 

Les œuvres pérennes qui ponctuent le sentier des lauzes sont visibles librement toute l’année :

 

§      Parole de lauzes, sculptures en lauzes de Domingo CISNEROS (2001)

§      Silence des lauzes, groupes de sculptures monumentales en bois de Christian LAPIE (2003)

 

Renseignements :

www.surlesentierdeslauzes.fr

sentierdeslauzes@wanadoo.fr

04 75 36 96 46

 

 

Accueil

Voir Jaujac

Installations

Contacts

Réseau Art Nature